Lofofora et KLONE en concert acoustique au Tétris

Je me suis rendu pour la première fois au Tétris, salle de concert du Havre pour retourner voir un groupe cher à mon coeur, Lofofora (que j’ai dû voire une bonne vingtaine de fois en 20 ans)

Lofofora est un groupe emblématique de la scène métal/fusion française créé il y a plus de 20 ans.

C’est une figure de proue pour ce genre musical. Le groupe est connu pour cultiver une mentalité sans concession avec des guitares très présentes, une basse assez groovy, une batterie affirmée et technique pour une sonorité de plus en plus lourde avec les années et surtout un chant puissant s’appuyant sur des paroles engagées et très travaillées qui ont contribué à sa notoriété. J’irai même jusqu’à dire qu’une certaine poésie se dégage dans quelques morceaux. Ca pourra certainement en faire sourire certains tant le style musical peut paraitre parait antinomique – vu de l’extérieur – avec la poésie, si on s’arrête à la forme (par exemple, je sais de source sûre que Starlette y est complètement hermétique voire réfractaire, pas d’bol… 😉 )

Sauf que…

En 2018, après 2 décennies de musique énervée, Lofofora a surpris son monde en sortant un album acoustique, Simple Appareil et dans la foulée, ils réalisent une tournée, également acoustique, pour le défendre sur scène.

Si j’avais moins accroché à leurs derniers albums, cette proposition a immédiatement aiguisé ma curiosité, et après avoir été un peu déconcerté lors de la première écoute, j’ai vite retrouvé mes marques, notamment sur les constructions des compos qui font la part belle aux textes du chanteur Reuno.

Du groupe original, il ne reste que 2 membres historiques, Reuno et Phil à la basse (qui tient également le stand de merchandising jusqu’au début du concert et y  revient à peine quelques minutes après la fin), même si Daniel à la guitare est là depuis un moment déjà. En revanche, je ne crois pas avoir vu ce batteur précédemment, mais comme tous ces prédécesseurs (comme dans Spinal Tap, c’est un poste qui semble difficile à garder 😉 ), il est hyper impressionnant.

Ce qui est toujours aussi agréable, c’est qu’après tant d’années, le groupe se remet en question musicalement mais qu’en même temps il présente toujours au tant d’énergie et d’enthousiasme sur scène! Ils ont vraiment l’air de s’amuser, ils se vannent, sourient en permanence entre deux morceaux, et Reuno a toujours sa verve et sa répartie pour échanger avec le public dans ces moments également. Bref, ils ont toujours l’air aussi sympas!

Et puis bon, il en impose le monsieur! Son charisme, les gros yeux et surtout sa voix si grave et puissante ont toujours ce même effet sur le public (et sur moi en particulier).

On a donc eu droit à un concert de près d’1h30 principalement constitué de morceaux issus de Simple Appareil, mais aussi qui revisite certains anciens titres en version acoustique, pas seulement en débranchant les effets, mais bien en ré-arrangeant les compos pour les adapter à la prestation globale.

Ce concert m’a tout simplement emballé, je suis retombé sous le charme, j’ai acheté un T-shirt et le CD de Simple Appareil en sortant et je réécoute également les anciens morceaux depuis hier!

En revanche, je suis assez surpris par le manque d’affluence pour le concert (150 personnes environ), puisque la dernière fois que je les avais vus au 106, la grande salle était pleine comme un oeuf.

Bon après à titre perso, c’était top, j’ai pu être aux premières loges sans devoir jouer des coudes, tellement près que la scène me servait pour poser ma bière 🙂  parfait finalement pour une configuration intimiste qui collait bien à la soirée.

Au plaisir de vous revoir prochainement messieurs!

 


 

En première partie, j’ai pu découvrir un groupe que je ne connaissais pas, KLONE, originaire de Poitiers qui navigue habituellement dans des atmosphères Metal/Rock/Psyché, et qui visiblement a joué aux cotés de Neurosis, groupe cher à notre chroniqueur Mister Ludo.

C’est donc plutôt un groupe adepte des gros sons amplifiés et avec effets a priori, sauf qu’ils ont sorti en 2017 un album Unplugged, qu’ils jouent sur scène et qui garde cette volonté de poser une atmosphère (ça m’a forcément rappelé le concert acoustique de Baroness au Hellfest cette année), donc parfaitement en phase avec la démarche de Lofofora.

D’ailleurs, l’album comprend une reprise de Depeche Mode, People Are People, qui devrait intéresser notre Didouille pour le coup, et qui fonctionne très bien en live.

J’ai pu apprécier de très belles lignes de chants, superbement exécutées, des guitares aux belles mélodies, précises, au son hyper bien défini et un batteur uniquement armé d’un tom basse, de deux cymbales et de tambourins, qui joue tout en nuances de manière à porter l’ensemble.

Tout comme le public, les musiciens ont eu l’air de passer un bon moment sur scène, souriants et se sont ensuite rendus disponibles au niveau du stand de merchandising pour échanger avec le public.

Le groupe a su lancer la soirée de manière super efficace, posant l’ambiance, devant un public qui semblait conquis par leur prestation d’environ 1h.

Très belle découverte



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.