Livre audio du mois – Du côté de chez Swann

Du côté de chez Swann : Ce sublime début de la Recherche commence dans un parfum d’aubépine, de tilleul et de catleya, sur un air de Vinteuil. À travers le regard du jeune narrateur nous sont présentés la charmante Odette, le délicat Monsieur Swann, le piquant clan des Verdurin, la merveilleuse duchesse de Guermantes, la vieille Tante Léonie, la servante au cœur simple, Françoise, ainsi qu’une quantité d’autres personnages qui peuplent l’univers réel et rêvé du garçon.

Narrateur : Daniel Mesguich– Durée : 4 h 46 min

Est-il besoin de présenter A la recherche du temps perdu – Du côté de chez Swann de Marcel Proust?

Comme ça, a priori, non. Ca fait partie de la culture générale, tout le monde connait la célèbre madeleine de Proust (certainement grâce à la rubrique de Ludo dans l’EntrePod).

Cependant, me concernant, hormis cela, le reste de l’œuvre m’était totalement inconnu.

J’ai donc abandonné un peu mes histoires habituelles (science-fiction, policiers, romans historiques) pour attaquer ce monument de la littérature française, version audio.

Alors le point fort, c’est le narrateur, Daniel Mesguich qui a une voix, un rythme, un phrasé tout à fait adaptés au style et à l’histoire racontée par Marcel Proust.

Le problème, c’est justement l’histoire….

J’ai trouvé ça très désuet, ennuyeux, ne relatant que des problèmes de riches, niais de surcroit.

Dans une histoire, il faut au moins pouvoir s’identifier à (au minimum) un des protagonistes. Or là, je me moque bien de ce qui peut leur arriver et l’écoute n’évoque en moi aucune émotion. Aucun enjeu dramatique n’a retenu mon attention.

Alors je précise que je ne suis pas du tout sujet à la nostalgie, donc cette évocation du passé comme d’un paradis perdu m’a laissé de marbre. Ceci explique peut-être cela (ça aurait pu servir de déclic, mais pas du tout).

J’ai donc trouvé quelque chose de très bien écrit, avec de belles tournures, mais pour ne rien raconter selon moi.

Mon esprit a régulièrement divagué durant l’écoute, et clairement, j’avais hâte que ça se termine (car j’ai un souci: quand je commence, je finis).

En conséquence, je ne m’infligerai pas la suite.

Donc une fois n’est pas coutume, je présente un livre audio que je n’ai pas du tout apprécié (mais il y en a un autre qui viendra; un autre « classique » d’ailleurs).

En conclusion, si vous êtes sensible à la nostalgie, vous pourrez certainement apprécier cette oeuvre. Et si vous l’avez appréciée à la lecture, certainement que l’écoute de cette version lue par Daniel Mesguich sera un bon moment.

Et vous alors, vous l’avez écouté/lu ? qu’en avez-vous pensé ?

 

Comme d’habitude, si le principe des livres audio ne vous plait pas (ou que vous craignez de pas adhérer à la lecture de quelqu’un d’autre), pas de problème, c’est également disponible en livre papier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.